Et soudain, plus un bruit

Lundi 28/02/22

L’Astrolabe effectue un dernier passage devant la croix Prudhomme avant de remettre le cap au Nord, vers le monde civilisé. Il ne reviendra plus avant le début de l’été prochain. A mesure que le brise-glace s’éloigne, nous prenons graduellement conscience de la réalité de l’isolement qui sera le notre pendant les 8 prochains mois… Comme attendu, c’est un moment fort.
Bien vite, nous serons les seuls humains à 1000km à la ronde. A cette idée, je ne peux m’empêcher de ressentir une certaine ivresse, et la coupe de Champagne partagée entre les 21 hivernants sur la plate-forme Lucie n’y est pas pour grand chose.

Je décrivais la semaine dernière le calme qui s’était établi sur l’île suite au départ des Adélie… Mais cet après-midi, c’est un silence total qui règne sur la base. Pas de vent, plus de véhicules, plus de cavalcades sur les passerelles, plus d’hélicoptère. Même l’océan s’est tu et la douce lumière du soleil d’automne n’a jamais été très bavarde. Ce changement d’ambiance abrupt est réellement déstabilisant. D’un coup, la nature environnante apparaît plus sauvage, le glacier plus proche, l’océan plus froid. Soudainement plus austère, l’Antarctique prend une autre dimension, celle que je suis venu vivre.

Mercredi 02/03/22

La grande tenture bleue marine se plisse régulièrement jusqu’à l’horizon. Nées dans les cinquantièmes hurlants, les vagues finissent leur voyage en hautes gerbes d’écumes sur la pointe du Lion. En arrière-plan, la houle se lance également à l’assaut des pentes septentrionales de l’île Bernard. Dans le ciel d’un bleu délavé, les nuages cirrus font l’effet de coups de pinceaux disposés au petit bonheur. Le ressac remplit l’atmosphère d’un grondement sourd et régulier. Quelques blocs de glace se sont échoués sur le rivage, culbutés par la puissance de l’océan.

En face du cap Géodésie, la houle a assemblé une armée de silhouettes massives. Les bergs se sont rapprochés de la côte, menant une offensive lente et silencieuse. Une personnification de l’hiver qui arrive, à pas de loup.

Vendredi 04/03/02

Le calme après la tempête

Soufflée par des rafales dépassant les 180km/h, la neige s’infiltre dans les interstices et se plaque contre le bardage des bâtiments. La base est rapidement caparaçonnée de neige, endossant un camouflage dérisoire face à la violence des éléments. La visibilité est réduite à quelques centaines de mètres par la chasse-neige. Les allers-retours sur les passerelles s’apparentent à de véritables expéditions. Impossible de ne pas chanceler tous les 2 mètres sous les variations incessantes du vent. Après un été bien plus clément que la normale, la tempête Gaëtan nous souhaite la bienvenue dans l’hiver Antarctique.

Dans le séjour réaménagé pour l’hivernage, l’ambiance est bien plus chaleureuse qu’en campagne d’été. Pendant qu’Éole se déchaine au-dehors, les puzzles et autres jeux de plateaux consolident les fondations de notre petite société. Jean-Philippe, notre DISTA, le répète : c’est autre chose qui commence.

5 Responses

  • Fabuleux… !!! C’est trop beau tant les photos que la plume toujours aussi agréable à lire.
    Merci pour ce beau partage.

  • Salut Adrien,

    Voici l’hivernage qui commence, la mer va bientôt geler, les Empereurs vont bientôt arriver en colonne, que de bons moments qui vont rythmer la suite de ton aventure.
    Bon suis pas là pour spoiler…mais plutôt te donner des news d’ici….
    Tout d’abord le plus important, les Verts sont entrain de sortir la tête de l’eau. L’arrivée de Dupraz a fait du bien avec 7 recrues au mercato. On a laissé la lanterne rouge a Bordeaux, on est même sorti de la zone rouge ce week-end en assommant Metz (1 à 0). 36 000 spectateurs pour une rencontre entre le 18ème et le 19ème, je te raconte pas l’ambiance, tu connais mieux que moi. Le week-end prochain on va à Lille et le suivant on reçoit Troyes (encore un match à 6 points). La billetterie tourne à plein régime.
    Côté météo, la saison cyclonique tire à sa fin ou presque, il serait temps. Une bonne saison des pluies à l’ancienne.
    Au moins 2 départs à la retraite prévus cette année (Arnaud et Gilles). Le service se vide, on attend ton retour pour nous pondre de supers bulletins avec une belle plume comme la tienne.
    Je ne vais pas non plus m’étendre davantage, ce n’est certainement pas l’endroit pour parler d’autre chose que d’Antarctique.
    Profite bien de ton hivernage, dans l’endroit le plus inhospitalier de la planète, mais tellement à l’abri du tumulte de notre civilisation.

    • Merci Manu pour ces nouvelles, certains jours on arrive à récupérer l’Equipe, ce qui me permet de suivre un peu le combat des Verts pour le maintien… Ici les premiers signes de la banquise sont apparus avec les premiers pancakes, vivement l’embâcle pour étendre le périmètre de nos balades. Effectivement, vous avez du avoir du boulot cette année avec une belle saison des pluies, ça change ! Quand à mon retour à la Réunion, il est encore un peu tôt pour savoir dans quel service il sera possible… Mais je reste sensible aux sirènes de l’opérationnel et du service permanent !
      Bon automne tropical, les premiers goyaviers sont peut-être déjà arrivés ?
      Adrien

    • Hello Noël, la banquise est censée devenir praticable dans un mois environ, suivant les conditions de vent qui gênent l’embâcle… Ensuite, on va voir ce que donnent des petites séances d’1h avant de tenter le semi-marathon des glaces…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.