Retour en Terrain connu

Mardi 16/11/21, Vol Air Austral UU975

Au moment où les roues du 777 quittent le tarmac de l’aéroport de Gillot, j’ouvre officieusement ma parenthèse polaire. Je dois bien avouer que mon cœur se serre un peu alors que je m’éloigne pour un temps de ma petite vie réunionnaise. Cependant, je n’ai pas voulu laisser passer l’opportunité de partir vivre cette aventure dans un des coins les plus reculés de la planète. Cela fait maintenant près de 5 ans que l’idée avait fait son chemin et le temps est venu de passer aux choses sérieuses…

Jeudi 18/11/21, Vol Singapour Airline SQ 335

Après une journée de transit, rendez-vous Jeudi matin à l’aéroport Charles-De-Gaulle. Les hivernants et campagnards d’été qui partent sur cette rotation R1 sont massés devant le comptoir d’enregistrement. Viviane nous remet à tous les nombreux documents nécessaires à notre passage de la frontière australienne. L’enveloppe est probablement encore plus épaisse que d’habitude dans ce contexte de pandémie mondiale… Je suis bien content de ne pas avoir eu à m’occuper des détails administratifs, surtout vu l’intransigeance australienne en la matière !

Malgré quelques retards anecdotiques, l’enchainement des vols Paris -> Singapour -> Melbourne -> Hobart s’est bien déroulé et ne m’a pas paru très long. Se déplacer sur une aussi grande distance en aussi peu de temps a toujours eu pour moi quelque chose de vertigineux, même en étant abonné aux allers-retours annuels avec la métropole. Le petit avion sur l’écran nous indique bien que l’on traverse les Balkans, l’Inde, la Malaisie mais sur un laps de temps aussi court, difficile d’y croire… Surtout quand on met régulièrement plus de 2h pour faire St Denis/St Leu en revenant du boulot ! Et pourtant, quand j’ai enfin pu dénicher un hublot libre lors du vol vers Melbourne, l’Australie était belle et bien là, rouge et désertique.

Après un dernier saut de puce nocturne au-dessus du détroit de Bass, nous atterrissons donc à Hobart en fin de soirée. Dans le bus qui nous emmène à notre hôtel de confinement, je remarque un à un quelques détails familiers qui me remettent aussitôt en mémoire les 6 mois que j’ai passé en Tasmanie sept ans plus tôt. Le pont qui s’élance au-dessus de l’estuaire de la Derwent est toujours là, quelques fenêtres encore allumées sur les collines de Battery Point et Sandy Bay malgré l’heure tardive. Je me tords le cou pour essayer d’apercevoir la marina derrière laquelle se situe le stade universitaire des Red Men, l’équipe de rugby qui m’a accueilli lors du séjour précédent… Sans succès pour cette fois mais nous devrions passer devant en brise-glace dans deux semaines.

Lundi 22/11/21, North Hobart

Voilà maintenant deux jours que nous avons débuté notre confinement à Hobart avant de prendre la mer à bord de l’Astrolabe. Après avoir pris le temps de me poser et commencé à récupérer du décalage horaire, je finis d’écrire ces quelques lignes dans le petit salon du studio qui m’a été alloué. Celui-ci est plutôt spacieux et bien meublé, franchement agréable, je n’ai pas à me plaindre !

18°C, 17km/h de Sud-Est, 53% d’humidité

Hôtel Régional d’Hobart, 22/11/2021 à 14h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.