Et bonjour Astrolabe !

Lundi 14 Novembre 2022

Comme tous les lundis en Terre Adélie, le personnel de la station est réuni dans le séjour pour suivre la réunion d’information rituelle. A peine lancée, celle-ci est cependant interrompue par une voix forte, émanant de toutes les radios allumées dans la salle.
DDU, DDU de l’Astrolabe.
Radio de DDU, j’écoute ?
– Nous sommes en train de sortir du pack pour entrer dans la polynie, nous pensons arriver dans une heure ou deux.
Bien copié.

Une heure plus tard effectivement, revoilà le fier brise-glace rouge en mer Dumont D’Urville. Il glisse rapidement sur les flots bleu marine qui baignent le Cap des Barres. Le vaisseau ravitailleur amène avec lui le personnel technique de la campagne d’été, une bonne partie des hivernants de la TA73, du carburant pour les groupes de la station mais aussi (et surtout)… des crudités ! Les passagers sont débarqués à bord d’un zodiac, par groupes de 6. Je redoute déjà un peu la foule, qui ne manquera pas d’envahir le séjour ce soir.

L’Astro devant le hangar à ballons

Une portion du chenal étant encore occupée par la banquise, l’équipage choisit d’aller se poser sur ce qu’il reste de banquise à l’Ouest de DDU. Quelques heures plus tard, le premier hélicoptère s’élève au-dessus de la poupe du navire. Après une rotation de repérage, les opérations de déchargement sont lancées. Il s’agit de profiter au mieux des créneaux météo favorables… Il faut toujours être prêts à saisir les opportunités, qui peuvent ne pas se représenter de si tôt.

La TA72 au complet

Il a fallu battre le rappel pour réussir à rassembler l’ensemble des membres de la TA72, déjà éparpillés aux 4 coins de la station et accaparés par toutes sortes de tâches plus urgentes les unes que les autres. La mission est finalement accomplie et c’est sur la plate-forme enneigée ménagée derrière GéoPhy que la dernière photo de groupe officielle est réalisée. Elle marque la fin de l’aventure collective de la TA72, puisque pas moins de 9 membres de l’hivernage vont repartir en début de semaine prochaine de l’aut’ côté la mer.

Le soir venu, l’Astrolabe rallie le chenal du Lion pour tenter de casser les derniers mètres de banquise qui l’empêchent encore de s’amarrer convenablement. Nous sommes un petit groupe à profiter du spectacles devant le dortoir 42. Après quatre coups de boutoir, l’opération de ramming est un succès… Le navire repart au large se mettre à l’abri sous le vent des grands Bergs. En effet, Manu et moi avons prévu un petit coup de tabac ce soir.

Le DISTA supervise les opérations de “ramming”
Jeudi 17 Novembre 2022

Il aura fallu attendre encore deux jours que les conditions météos s’améliorent afin de permettre l’accostage du bateau. En effet, la configuration du quai du lion ne permet pas à l’Astrolabe de rester amarré si le vent forcit au-delà du grand frais. Avec le retour du mauvais temps prévu ce week-end, la fenêtre météo pour le déchargement n’est donc pas si longue. Les annonces se succèdent toute la journée à la radio… La campagne d’été est belle et bien lancée ! Pour peu qu’on arrive quelques minutes en retard aux repas, il n’y pas plus de place sur les porte-manteaux du séjour : il y a de quoi déboussoler les hivernants !

Surprise du chef ce soir, de grands bols de fruits frais sont disposés dans un coin du séjour. Les hivernants se ruent littéralement sur les oranges, les mangues, le raisin… Au grand désarroi des estomacs, qui n’ont pas vu autant de fibres depuis bien longtemps ! La fameuse “échelle de Bristol” pourrait bien faire son retour parmi les préoccupations majeures de la Terre Adélie !

Lundi 21 Novembre 2022

A 18h, c’est l’heure des adieux pour les hivernants qui partent sur R0. Dernières embrassades, derniers mots échangés avant de grimper à bord du vaisseau passeur vers la civilisation. Malgré un ciel voilé, le soleil a le bon goût de briller assez fort pour justifier le port de lunettes de soleil opaques. Ces dernières permettent ainsi d’écraser discrètement une petite larme, sans avoir l’air d’y toucher…

Un petit apéro se tient ce soir devant BioMar, sur la terrasse de neige qui y a été ménagée en lieu et place de la grande congère. La vue sur les îles de l’Est est imprenable, la température traîne encore quelques minutes dans le positif (+0.5°C). En contrebas, des pétrels de neige prennent un bain de poudreuse. Au-dessus de la V-SAT, les skuas jouent dans le vent de Sud qui commence à peine à se lever. Des risées en arc-de-cercle progressent déjà sur le chenal du Lion et troublent la surface étale du plan d’eau. Les océanites sont légions et virevoltent sans discontinuer le long des rochers et des passerelles. Caché entre les bergs derrière les îles Dumoulin, la coque rouge de l’Astrolabe se repère encore facilement. Il ne devrait partir que demain.

L’horizon Adélien, en pose longue

2 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *